Pour une fois, je ferai court.

Le titre? Proche de la perfection: juste mystérieux et terrifiant comme il faut. … « la terrible histoire du Grand Saloir »!! Avant même d’ouvrir, je visualise le boucher, son grand couteau à la main, prêt à couper à les trois pauvres enfants (et je ne serai pas déçue!).Couverture La légende de Saint Nicolas ou la terrible histoire du Grand Saloir

La couverture? Belle et colorée; on n’a qu’une envie: ouvrir le livre! Alors j’ai ouvert le livre… c’est tout aussi beau!

L’histoire? Tout le monde la connaît, mais pas racontée comme de cette manière! Il y a de la poésie, de l’humour, du détail, et le langage est riche (tant au niveau du vocabulaire que de la structure de phrases, ce qui rappelle des livres des années 60 comme « Caroline », dans lesquels le style littéraire est plus complexe que dans bon nombre de livres pour enfants de maintenant). L’histoire s’ouvre sur une double page qui installe l’atmosphère hivernale: une grive cherche de la nourriture dans la neige. On tourne la page et c’est au tour des enfants de partir à la recherche de nourriture. La grive suit les enfants tout au long de l’album: dans la forêt, jusque chez le boucher… C’est elle qui ira appeler Saint Nicolas à la rescousse et c’est avec elle que se clôt l’histoire. La nature apparaît dans ce qu’elle a de plus doux (l’oiseau, le printemps, les enfants) et de plus sombre (les loups, l’hiver, le boucher).

Les personnages? Les trois enfants (Marinette, Jeanjean et Engueran) et leurs parents, la grive, Saint Nicolas, le boucher et sa femme, le couteau du boucher (oui, comme la grive, il parle, mais mieux que la grive).

Le dessin? Comme dans le texte, on retrouve un petit côté 1960s: les aplats de couleur, les traits des personnages, ou encore les paysages dans lesquels les arbres ou les feuilles d’arbres, par exemple, ressemblent à des motifs répétés. Bref, de l’originalité et de la couleur.

Un conte traditionnel raconté de manière originale

et qui plaira aux petits et grands enfants dès 3-4 ans!

Editions Gallimard Jeunesse, 2017, 28pg, 13EUR.

Texte: Philippe Lechermeier. Dessin: Aurélie Guillerey.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *