Hilda, une petite fille aux cheveux bleus et aux bottes rouges, vit avec sa maman dans une petite maison au milieu de montagnes et de forêts peuplées de créatures fantastiques. Vive et curieuse, Hilda lit beaucoup et observe le monde qui l’entoure. Aussi, quand le surnaturel frappe à sa porte (ou lui envoie des lettres), elle n’éprouve jamais de peur et se lance avec entrain dans l’aventure,  accompagnée de Brindille, son animal de compagnie, mi-renard mi-renne.

L’imagination débordante de la jeune Hilda se mêle à son quotidien et le nourrit. Les créatures magiques qui apparaissent dans les histoires – trolls, géants, lutins et autres – sont tirées du folklore scandinave, tout comme le paysage dans lequel les personnages évoluent. Les personnages ne questionnent pas l’existence d’êtres fantastiques et invisibles, les deux mondes se côtoient naturellement. Aussi, les personnages que la jeune héroïne rencontre lors de ses multiples aventures et auxquels elle vient en aide ne lui veulent jamais vraiment de mal, ne sont jamais foncièrement méchants.

Le graphisme reflète aussi la poésie de l’histoire : un trait assez fluide, des couleurs sobres (ocre, kaki, bleu), une forme apparemment simple pour un contenu fort.Pour les amateurs du genre, l’auteur Luke Pearson se dit inspiré par des dessinateurs américains tels que Chris Ware ou Daniel Clowes, et c’est vrai qu’on y retrouve une certaine influence, notamment dans le format et découpage des planches. Influence qui est certainement encore plus présente dans ses BDs pour adultes.

Une BD qui plaira autant aux enfants (dès 7 ans) qu’aux adultes !

La série compte actuellement cinq tomes et je n’en ai lu que les deux premiers pour l’instant : un vrai coup de cœur ! Et bonne nouvelle : la série sera adaptée en dessin animé dès l’automne 2018 sur Netflix, mais une projection est prévue ce 25 février à New York dans le cadre du Festival du Film Pour Enfants!

Et pour ceux qui aiment les gadgets, la figurine est aussi disponible!

Un petit aperçu des 5 tomes de « Hilda », juste pour donner envie:

Dans le premier tome, « Hilda et le Troll », elle rencontre le bonhomme de bois et un gros rocher qui se révèle être un troll. Cette histoire a d’abord été publiée sous le titre « Hildafolk ».

Dans le deuxième épisode, « Hilda et le Géant de Minuit », Hilda part à la recherche du roi du peuple minuscule et invisible qui veut l’expulser de chez elle. Elle rencontre aussi un géant qui a l’air perdu.

Eisner Award Nominee (Best Writer/Artist, Best Publication for Kids)
Winner of Young People’s Comic Award (British Comic Awards 2012)

 

Dans le troisième album de la série, intitulé “Hilda et la parade des oiseaux”, Hilda et sa maman ont déménagé dans la ville de Trollbourg, où chaque année on célèbre la parade des oiseaux. En attendant l’heure de la fête, elle part se promener, vient en aide à un corbeau amnésique et se perd dans les rues de la ville…

Dans le quatrième tome, « Hilda et le chien noir », Hilda est chez les scouts et tente de remporter des trophées. Elle rencontre Tontu, un esprit domestique qui n’a pas de maison et un mystérieux chien noir qui hante les rues de la ville.

Young People’s Comic Award (British Comic Awards 2014)
Bester Comic für Kinder (Max & Moritz Prize 2015)
Pépite de la Bande Dessinée (Montreuil Book Fair 2015)
The Dwayne McDuffie Award for Kid’s Comics 2015

 

Dans le cinquième album, « Hilda et la forêt de pierres », la jeune héroïne est punie par sa maman qui en a assez des mensonges et ruses de sa fille, toujours avide d’aventures. C’est alors que, malgré elles, Hilda et sa maman sont projetées au beau milieu d’une forêt de pierres, le royaume des trolls…

D’abord publié par Nobrow en 2010, puis Casterman en France en 2014. Entre 12 et 16EUR.

2 thoughts on “« Hilda » de Luke Pearson”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *