« Summer time… and the livin’ is easy… »

Nouvelle Orléans, années 1920. Buddy, dit Le Chat, vit par et pour la musique. Un jour, son père musicien quitte la maison espérant faire fortune dans le Nord. Buddy, plein de rage et sa trompette à la main, saute alors dans un train de marchandises. Pour Buddy, c’est le début d’un voyage rythmé par le blues et ses rencontres: d’abord avec Ange Noir, un ancien prisonnier, et peu après, le pasteur Tom.

Ce livre est tout simplement magnifique. L’auteur, Maria Cristina Pritelli arrive à faire passer des sensations physiques au travers des couleurs, des mots, et tout ce qui peut se produire entre le dessin et la prose –prose ?, pourtant en refermant le livre, j’ai l’impression que je viens de lire de la poésie. On sent la chaleur moite de la Louisiane, on voit le coton s’élever dans les airs et on le sent presque sur notre peau. On entend le blues joué par Buddy et Ange Noir, la voix du Pasteur et les applaudissements de la foule. Leur musique, ou plutôt ce livre, nous rentre dans la peau et nous touche là où on ne s’y attendait pas. Dans le cœur, dans les tripes.

Voici un extrait, où Buddy et Ange Noir se dirigent vers Jackson.

« L’homme nous a conduits jusqu’à un croisement et nous a indiqué quelle était la route à suivre pour arriver à la ville de Jackson, puis il nous a salué et est reparti.

Nous sommes restés quelques temps immobiles, debout dans la lumière aveuglante, à côté de la route poussiéreuse et déserte. Le seul bâtiment des environs était une petite église blanche sur laquelle s’étaient posés des dizaines de corbeaux et d’où provenaient quelques notes de piano qui crevaient ce silence étouffant.

La musique nous a attirés comme l’eau attire l’homme dans le désert. Nous nous sommes approchés et nous sommes entrés. » (20)

C’est un livre de littérature jeunesse, mais il plaira tout autant (voire plus) aux adultes, de par son dessin (un trait proche de la BD) et son thème.

Et je finirai par cette phrase de Buddy à la fin du livre: « Je ne serai jamais une fleur qui fane avant de s’épanouir. »

Editions Le Sorbier, 2009. 36 pages.

13euros

ISBN : 978-2-7320-3932-9

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *